PrimesÉnergies.fr et le Compte CO2 s’associent pour vous faire bénéficier d’une Prime CO2 ! Inscrivez-vous et estimez gratuitement le montant de cette prime. Et avec le code promo PECOP21, gagnez tout de suite 200 kgCO2 !

Ajuster l’apport d’azote dans la ration des bovins

Les élevages contribue à hauteur de 80% aux émissions françaises de méthane. Le méthane à un fort impact sur le changement climatique car il est 28 fois plus réchauffant que le CO2. Le méthane est produit d’une part dans le système digestif des ruminants, d’autres part par les déjections. En effet, la dégradation de certains aliments et l’action des bactéries méthanogènes conduit à la synthèse de méthane. Celui-ci est émis par éructation.

L’ajout d’azote (sous forme de nitrates) et l’ajout de lin dans la ration des bovins sont deux actions qui permettent de modifier les émissions de méthane entérique. Ces deux actions sont néanmoins distinctes car elles ne modifient pas les mêmes mécanismes. L’hydrogène est nécessaire à la synthèse de méthane. Les nitrates réagissent avec l’hydrogène pour former de l’ammoniac tandis que le lin (lipide) bloque l’activité des organismes producteurs d’hydrogènes.

Quelle contribution de l’agriculture française à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? INRA, 2013.

Ajouter des nitrates à la ration des bovins

Bien que l’ajout de nitrate à la ration des bovins n’est actuellement pas pratiquée, plusieurs études ont donné des résultats concluant à ce sujet. Les nitrates sont ajoutés dans la ration sous forme d’additif. Il a été montré que les nitrates réduisaient la production de méthane chez les bovins. Les nitrates transforment l’hydrogène présent dans le système digestif des bovins en ammoniac. Ainsi, la production de méthane est réduite car l’hydrogène est disponible en moindre grande quantité pour les bactéries méthanogènes.

Recommandations particulières

L’ajout de nitrate en surdose dans la ration peut avoir des conséquences néfastes sur la santé animale. C’est pourquoi, l’INRA préconise un seuil maximum fixé à 1,5% de nitrate dans la ration, et ceux dans le cas de ration pauvres en azote (ensilage de maïs). Les études portent donc sur une administration de 1% de nitrate en supplément de la ration.

Par ailleurs, l’ajout d’azote dans la ration devrait être effectué par les industriels lors de la production des aliments et non directement par les éleveurs.

Résultats

Les études porte sur un ajout de nitrate dans la ration des bovins d’1%.  Cet apport de nitrate permet de réduire les émissions de méthane d’environ 10%. Cela représente à une atténuation de 289 kgCO2e/an et par vache laitière.