PrimesÉnergies.fr et le Compte CO2 s’associent pour vous faire bénéficier d’une Prime CO2 ! Inscrivez-vous et estimez gratuitement le montant de cette prime. Et avec le code promo PECOP21, gagnez tout de suite 200 kgCO2 !

Diminuer l’âge du premier vêlage

En Bretagne, la contribution de l’agriculture à l’effet de serre est de 45%, notamment avec la production importante de méthane CH4. L’impact du méthane sur le changement climatique est 28fois supérieur à celui du dioxyde de carbone CO2. Concernant les productions laitières, il est estimé que la production de 1kg de lait provoque l’émission de 1kg équivalent CO2. Les émissions de méthane d’une vache laitière est comprise entre 90 kg (6,5 t eq CO2) et 107 kg (7,5 t q CO2) par an, et de 80 kg/an (5,6 t eq CO2) pour une vache allaitante.

Le méthane est produit au cours de la rumination des vaches. Les bactéries à l’intérieur du rumen (un des trois composants de l’estomac des vaches) dégradent la cellulose apportée dans les fourrages. Cette dégradation produit du méthane émis par l’éructation naturelle de la vache.

Avancer l’âge du premier vêlage : quelles conséquences ?

Une solution pour réduire les émissions de méthane produits par les élevages laitiers est de diminuer l’âge du premier vêlage des bovins. Ainsi, les génisses mettent bas à 24 mois au lieu de 30 ou 36 mois traditionnellement. De cette manière, la production de lait du troupeau est en hausse du fait de l’augmentation des vaches laitières. Cette augmentation se rapporte à la production de lait par jour de vie productive et du lait total produit au cours de la vie de la vache.

On constate également que l’avancement de l’âge du premier vêlage n’a pas d’impact sur la durée de vie productive de la vache. De même cela ne diminue par le poids des veaux, la capacité des vaches au vêlage et la quantité de lait produit pendant les lactations (exceptée pour la première).

Âge au premier vêlage réduit : quelles sont les règles ?

Pour réussir une diminution de l’âge du premier vêlage, une conduite alimentaire adaptée est nécessaire. Ce changement d’alimentation devra être effectué dès la phase d’élevage des génisses. Pour ce faire, l’exploitant doit nourrir à des vitesses spécifiques les génisses. De cette manière, la génisse recevra une portion comprise entre 850 et 900g par jour durant les six premiers mois de sa phase d’élevage (contre 700g/jour pour les premiers vêlage à 36 mois). Cette portion est diminuée de 750 à 700 les mois suivants. De cette manière, les repères de poids des génisses sont de 200kg à 6 mois, de 400kg à l’insémination artificielle (IA), et 600kg au vêlage. Ces poids peuvent varier suivant l’âge des génisses au vêlage.

Différence de poids en fonction du nombre de mois des génisses
Courbe de la différence de poids en fonction du nombre de mois des génisses Source : bretagne.synagri

Concernant la composition des rations alimentaires, elles sont composées de foin (graminées et/ou légumineuses), de paille (avoine, blé ou orge) et de maïs. Les proportions sont variables : 80% de blé aplati (et/ou maïs) + 20% de soja, ou bien 70% blé aplati (et/ou maïs) + 30% de soja par exemple.

Quels résultats suite à cette diminution de l’âge de vêlage ?

Ce levier d’action permet de diminuer la durée d’élevage des génisses qui ne produisent pas de lait. Ainsi, une production plus élevée de lait est constatée : environ 2 500 kg de lait en plus sur la durée totale de la vie productive de la vache. Cette augmentation inclue la prise en compte de l’augmentation de l’alimentation des génisses lors de la diminution de leur âge de vêlage.

De plus, le méthane étant le principal gaz à effet de serre émis en élevage, en évitant la présence d’animaux improductifs il y a une diminution des émissions de gaz à effet de serre par lait produit. Cette diminution est estimée à 7%.

Afin de limiter la production de méthane CH4 dans les exploitations agricoles bovines, la diminution de l’âge du premier vêlage des génisses est possible. Cette action permet de diminuer le temps de présence d’animaux improductifs sur l’exploitation agricole. L’agriculteur produit donc plus de lait sans augmenter ses effectifs. Ce levier d’action s’inscrit parmi les solutions possibles que les agriculteurs peuvent effectuer afin de limiter leur impact sur l’environnement.