PrimesÉnergies.fr et le Compte CO2 s’associent pour vous faire bénéficier d’une Prime CO2 ! Inscrivez-vous et estimez gratuitement le montant de cette prime. Et avec le code promo PECOP21, gagnez tout de suite 200 kgCO2 !

L’allongement de la période de pâturage

 

Le fait d’allonger la durée pendant laquelle les bovins pâturent modifie la gestion de l’alimentation des bovins et la gestion de leur déjection. Cela a un impact sur les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, l’allongement de la période de pâturage est l’une des solutions retenues par l’INRA dans son rapport sur les potentiels d’atténuation

L’allongement de la période de pâturage

La période de pâturage représente le temps passé par les bovins au champs. Généralement, les animaux sont sortis au printemps et rentrent à l’automne afin de passer l’hiver au bâtiment. L’allongement du pâturage peut s’effectuer en mettant à l’herbe les animaux plus tôt au printemps, en les laissant pâturer plus longtemps en été et en les rentrants plus tard au bâtiments en automne.

L’allongement du pâturage présente un intérêt économique pour les éleveurs. En effet, faire pâturer à l’herbe les animaux coûte moins cher qu’acheter du tourteau de soja ou produire de l’ensilage de maïs. L’intérêt peut également porter sur la réduction des consommations de carburant car le pâturage permet de limiter la fauche des prairies ainsi que l’épandage d’effluent.

Pour allonger le pâturage en période estivale, quelques précautions sont à prendre. En effet, en présence de sécheresse, un surpâturage peut entraîner une dégradation du couvert. Par ailleurs, une prairie riche en légumineuse supportera plus facilement l’allongement du pâturage en été. En hiver, certains éleveurs craignent que le pâturage abîme la prairie, on parle alors de matraquage. Or, selon l’idele, le pâturage n’affecterait pas la production de la prairie, mais pourrait seulement décaler le début de sa période de végétation (en sortie d’hiver) entre 1 et 2 semaines.

Résultats économiques

Lorsque l’on allonge le temps passé par les bovins au pâturage, on réduit la quantité d’aliment à acheter (tourteaux de soja) et à produire (ensilage de maïs). Prenons le cas d’un allongement de la période de pâturage de 20 jours. La ration des bovins au bâtiment se compose de 17,5 kg de matière sèche de maïs ensilage /vache laitière/jour (VL/j)et de 3 kg de tourteaux de soja /VL/j. Augmenter la période de pâturage permet dans ce cas d’économiser 33€/VL/an soit 1650€/an pour un troupeau de 50 vaches laitières. (Les calculs sont réalisés avec un coût de production du maïs ensilage de 43€/t MS et un prix d’achat du tourteau de soja de 300€/tonne). A cela s’ajoute les économies de carburants liées à la réductions des fauches des prairies ainsi qu’à l’arrêt de l’épandage des effluents sur les prairies.

Les résultats environnementaux

Cette action modifie l’alimentation des bovins et le mode de gestion des déjections. Ainsi, l’allongement du pâturage permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

L’allongement de la durée du pâturage de 20 jours permet de réduire les émissions directes de gaz à effet de serre entre 29 kgCO2éq/VL/an et 55 kgCO2éq/VL/an, selon la méthode utilisée. Cela représente une économie moyenne de 2,1 tonnes/an pour un troupeau de 50 vaches laitières. 2 tonnes de CO2 évitée correspondent à 2 années de co-voiturage (pour un trajet domicile-travail moyen de 50 km/jour) ! 2 tonnes c’est l’équivalent de la consommation en fioul d’un tank à lait sur une année pour 20 vaches laitières.

Ainsi, l’allongement du pâturage offre de nombreux avantages. Cependant, il est important d’adapter le chargement de la prairie en fonction de sa capacité à accueillir les animaux.